Mes dernières chroniques




mardi 6 février 2018

Wonder - R.J Palacio : du livre au film ◑


Titre : Wonder
Auteur : R.J Palacio  
Editions : Alfred A. Knopf
Genre : Contemporain

Prix : 7.99 euros
Nombre de pages : 320
Tranche d’âge : à partir de 10 ans
Date de parution aux États-Unis : 14 Février 2012
Date de parution de la version française : 3 Janvier 2013 (Pocket Jeunesse)

« August Pullman was born with a facial difference that, up until now, has prevented him from going to a mainstream school. Starting 5th grade at Beecher Prep, he wants nothing more than to be treated as an ordinary kid ; but his new classmates can’t get past Auggie’s extraordinary face. »

Cette histoire a attiré beaucoup de lecteurs, ça on ne peut pas le nier ! À force de la voir partout, j’ai commencé à m’y intéresser, mais c’est seulement en visionnant la bande annonce du film que j’ai eu très envie de lire ce roman.
Pour une seconde lecture en anglais, c’était très agréable et très facile à lire ! Je peux donc totalement conseiller ce livre à ceux qui veulent commencer la lecture en anglais : c’est très accessible, l’auteur n’emploie pas un vocabulaire compliqué et il n’y a aucune description qui s’éternise, donc aucun risque de s’ennuyer. 
Rare sont les livres qui ne contiennent QUE des informations intéressantes et qui nous emportent dès les premières lignes, jusqu’à la dernière page, sans qu’un seul chapitre ne soit décevant ! Wonder est donc une de ces perles rares.

À partir du moment où j’ai commencé à lire, j’étais déjà consciente d’une addictivité indéniable. Les chapitres sont courts et s’enchaînent de manière très fluide, alternant différents points de vue. Je ne m’attendais pas du tout à cela, et comme beaucoup de gens j’ai eu peur, car Auggie est un personnage auquel on s’attache extrêmement vite et extrêmement fort surtout ! De ce fait, avoir le point de vue d’autres personnages nous fait penser qu’on va s’éloigner d’Auggie mais en réalité ce n’est pas du tout le cas. Auggie est LE centre de l’histoire : comme dit si joliment sa soeur, « August, c'est le Soleil. Maman, Papa et moi, nous sommes les planètes en orbite autour de cet astre ».
C’est juste IMPOSSIBLE de ne pas aimer Auggie, de ne pas avoir l’impression que ce personnage existe, que c’est notre petit frère, qu’on doit le protéger... personnellement je mourrais d’envie de le serrer fort dans mes bras tout au long de ma lecture !
Ce petit garçon m’a touché en plein coeur. Il est si gentil et si intelligent ! Mais il est physiquement différent de la « norme » et cela impacte toute sa vie.

« Mom and Dad dont see me as ordinary, either. They see me as extraordinary. I think the only person in the world who realizes how ordinary I am is me. »

Je ne peux pas dire que je comprend Auggie ou les personnes qui vivent ce qu’il vit, mais je sais très ce que l’on peut ressentir quand tous les regards sont braqués sur nous. Pas des regards d’admiration, non, des regards de curiosité mal placée, de pitié.
C’est très dur. Je vis cela quand je dois me déplacer en fauteuil roulant, et dans ces moments là, j’ai l’impression de n’être plus qu’un objet... je ne suis plus moi, on ne voit plus que le fauteuil. 
Pour Auggie, c’est ça mais en 100 fois pire. Les enfants (et même les adultes) sont cruels et le traitent comme un monstre, comme si il n’était pas humain, comme si il n’avait pas de coeur, tout ça parce que son visage n’est pas aussi parfait que le leur.
Je savais qu’Auggie allait être harcelé en rentrant au collège (c’est le sujet principal de cette histoire) et je m’attendais à une violence brute/directe, mais il va en réalité être confronté à des attaques vicieuses, discrètes, sournoises, ce qui semble être finalement 100 fois plus dur pour la personne qui le vit.
C’est triste mais je n’ai pas été surprise. C’était très crédible, je sais que cela existe et j’ai trouvé ça très important de montrer que "même" les enfants peuvent être méchants. Ce n’est pas nécessairement un manque de maturité ou parce qu’ils n’ont pas conscience de leurs actes. On se rend vite compte que c’est simplement une personnalité ou une éducation qui engendre ce genre de comportement.
J’ai adoré la famille d’Auggie : tout cet amour m’a rappelé ce que je vis au quotidien auprès de mes proches. Le point de vue de sa soeur était pour moi le plus intéressant, après le sien. Se rendre compte que les proches des « malades » souffrent indirectement, mais souffrent réellement, c’est très important. Leur souffrance est difficilement prise en compte quand c’est une personne qui souffre bien plus qui en est la « cause »... C’est une place délicate.
Le film m’a fait tomber amoureuse de cette histoire : j'avais adoré ma lecture du livre, mais l’adaptation cinématographique m’a littéralement brisé et rempli le coeur d’amour ! J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, je suis tombée amoureuse de cette famille, et j’ai littéralement cru voir ma maman en la maman d’Auggie... C’était très troublant.

« Okay, so I admit that the first day of school I was so nervous that the butterflies in my stomach were more like pigeons flying around my insides. »

Cette histoire est porteuse d’un message vraiment magnifique qui prône la tolérance, la bienveillance, le respect et la beauté de ce qui est le plus important : le coeur. 
Avoir un coeur gros comme celui d’Auggie fait de vous un être merveilleux, bien plus que tout l’esthétisme du monde ! 
Ce livre m’a donné de très belles leçons de vie, il m’a donné envie de me battre pour mes rêves, pour être heureuse, mais il m’a surtout donné envie d’être gentille, peu importe avec qui. 
Une phrase m’a profondément marqué et je vous invite à la lire : « lorsqu’on a le choix entre être juste et être bon, il faut choisir la bonté ». 



Avez-vous lu cette merveille ? Je vous ordonne d’y remédier si ce n'est pas le cas !

13 commentaires:

  1. J'ai vraiment beaucoup beaucoup aimé ce roman !
    Concernant le film je n'ai pas pu le voir, je vais attendre sa sortie en DVD ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon dieu tu vas pleurer toutes les larmes de ton corps alors !

      Supprimer
  2. J'ai bien l'intention de le lire, mais je ne sais pas encore quand !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis ravie et j'espère qu'il te plaira :D

      Supprimer
  3. Bon, il faut VRAIMENT que je lise ce roman vu tout le bien que j'en entends!!!

    RépondreSupprimer
  4. Très accessible en anglais, je suis d'accord :) Il fait aussi partie des premiers livres que j'ai lus. Pas encore eu l'occasion de voir l'adaptation ciné, mais tu me donnes clairement envie de le faire !

    RépondreSupprimer
  5. J'avais vraiment beaucoup aimé Wonder. Il faudrait que je regarde le film maintenant.. :)

    RépondreSupprimer
  6. Je ne vois que du bien de ce livre et du film aussi du coup et il faudrait vraiment que je tente.

    RépondreSupprimer
  7. Avant de voir le film, j'ai envie de lire le livre. Je suis quasimment sûre qu'il me plaira ^-^

    RépondreSupprimer
  8. Quelle jolie chronique, je lirai ce roman en anglais alors !! Les citations sont magnifiques <3

    RépondreSupprimer
  9. J'ai terriblement envie de découvrir ce livre ! Depuis des mois, d'ailleurs.
    Je regarderais le film par la suite. Très jolie chronique :)

    RépondreSupprimer